Open Site Navigation

C’EST LA TANGENTE QUE JE PRÉFÈRE

fiction | couleur | 1998 | 100 minutes | France

production Liberté Films

distribution La Traverse

prix et sélections

Prix Gérard Mégie – Science et cinéma, décerné par le CNRS

Julie Delarme Prix d’interprétation à Genève

Bernard Lubat nommé aux Victoires de la musique

Sélectons aux festivals de Genève, Toronto, Palm Springs, Taïpeï

visa 87488

« Je venais d’entrer en classe de première et déjà̀ je croulais sous le travail. Pas le mien que j’ai toujours liquidé très vite, mais celui des autres qui me payaient pour ça… C’est sur le trajet du lycée qu’un jour, dans l’autobus, je le vis. »

Ainsi commence l’histoire d’amour entre une adolescente surdouée en maths et un homme venu de l’Est…. Sabine vit dans une famille qui semble avoir abdiqué depuis longtemps. Dans ce terreau ingrat, elle a pourtant trouvé ce qu’il fallait pour pousser. Sa force, c’est d’être déterminée à s’en sortir.

Heureusement, elle a son propre univers : les maths… et sa chance, c’est d’avoir su reconnaitre sous les traits du hasard, l’homme qui va lui prendre la main et la tirer de là. Cette fois, l’histoire est racontée du point de vue de l’adolescente.

Pour elle comme pour le spectateur, c’est l’homme qui devient objet de fantasme, qui garde une part de mystère. Si l’on craint pour elle que le chavirement de l’amour ne la fasse dévier, perdre de sa force et de sa personnalité́, on a confiance en lui. Jamais il ne cherchera à la modeler, à en faire sa créature – tel Pygmalion. Si leur histoire est chaotique, son attachement pour elle est profond, il la respecte et accepte ce qu’elle est et ce qu’elle veut, de peur sans doute qu’elle ne prenne la tangente…

"I had just entered the first grade and alreadỳ I was bursting with work. Not mine, which I always liquidated very quickly, but that of others who paid me for it... It was on the way to school one day, on the bus, that I saw him."

Thus begins the love story between a teenager gifted in math and a man from the East .... Sabine lives in a family that seems to have given up long ago. In this ungrateful soil, she has nevertheless found what she needed to grow. Her strength is her determination to get out of it.

Fortunately, she has her own universe: math... and her luck is to have recognized the man who will take her hand and pull her out of it. This time, the story is told from the point of view of the teenager.

For her as for the spectator, it is the man who becomes an object of fantasy, who keeps a part of mystery. If one fears for her that the capsizing of love will make her deviate, lose strength and personalitý, one trusts him. Never will he try to mold her, to make her his creature - like Pygmalion. If their history is chaotic, his attachment to her is deep, he respects her and accepts what she is and what she wants, no doubt lest she goes off on a tangent...


avec Julie Delarme, Georges Corraface, Agnès Soral, Marie-Christine Barrault, Christophe Malavoy et Anna Prucnal

scénario Charlotte Silvera et Jean-Luc Nivaggioni

image Yves Cape

son Luc Yersin

montage Ludo Troch

musique Bernard lubat

mixage Jean-Paul Loublier


Escalade

fiction, 2011, 80 minutes

Les Filles, personne s'en méfie

fiction, 2003, 95 minutes

Louise l'insoumise

fiction, 1985, 100 minutes

On l'appelait Roda

documentaire, 2018, 97 minutes

Mais aussi...